Interview de Forbes : ambition des Femmes et psychométrie

Interview de Forbes : ambition des Femmes et psychométrie

Donia ABIDAT, Coach Certifiée DeSI en psychométrie systémique
Interview de Donia ABIDAT, par Femmes@Forbes, Management, Photo © Kytao / French Cut

Interview de Forbes

Sois ambitieuse, mais pas trop… Quand l’ambition a un coût chez la femme.

Dans le monde entrepreneurial, les femmes qui se fixent des objectifs audacieux revendiquant franchement leur soif de réussite, font face à un bouclier de préjugés.

Plus étonnant : c’est par leurs paires qu’elles sont jugées plus sévèrement selon le Think Thank « Women and Ambition », et d’autres études s’intéressant à la question. De quoi cette schizophrénie est-elle le nom ?

Entretien avec Donia Abidat, experte en coaching d’entreprise et en leadership féminin qui a recours à des outils psychométriques. L’ambition a un coût chez les femmes pour diverses raisons.

Vous rencontrez beaucoup d’entrepreneurs et de décideurs dans le cadre de vos activités de coaching et au sein du Rotary Club. Constatez-vous une différence marquée entre hommes et femmes au sujet de leurs rapports à l’ambition ?

Donia Abidat : Je constate que la différence entre hommes et femmes réside dans la manière dont ils manifestent leur ambition plutôt que dans son intensité intrinsèque. Il peut sembler que l’ambition des femmes soit moins perceptible que celle des hommes, mais cela ne traduit pas nécessairement une faiblesse de leur part. Les femmes expriment souvent leur ambition de manière plus subtile, évitant la volonté d’imposer et privilégiant la construction de débats argumentés. Leur ambition se manifeste à travers une motivation, un courage, une considération, et un besoin de nouveauté différents. En tant que coach certifiée, j’use des outils psychométriques dans une démarche systémique de l’humain dont l’objectif est d’établir l’équilibre, favoriser la performance, et d’encourager l’épanouissement et la santé.

Lorsqu’une femme présente une ambition apparente moins élevée et éprouve des difficultés à l’exprimer, une analyse systémique de sa personnalité nous éclaire sur les ajustements nécessaires pour la soutenir dans l’expression de cette ambition. Je souligne qu’il est crucial de ne pas confondre l’ambition avec d’autres traits de personnalité, tels que l’influence, le leadership, l’émotionnel et l’organisationnel, car les femmes peuvent manifester ces qualités de manière distincte.

Est-ce que l’ambition a toujours un « coût » chez la femme ? Notamment dans la perception qu’ont les autres d’elle ?

Lorsqu’il s’agit des femmes, la manière dont elles expriment leur ambition revêt une importance cruciale, souvent assortie d’un coût social potentiel. Naviguer entre les rôles de mère, épouse, entrepreneuse et femme au quotidien exige une polyvalence exceptionnelle, les contraignant à jongler habilement entre divers fronts. Il est indéniable que l’expression de l’ambition par une femme peut susciter des regards scrutateurs, parfois teintés d’une perception négative, notamment au sein même de la communauté féminine. Il est regrettable de constater que parfois, la jalousie entre femmes peut se manifester de manière plus intense envers une consœur ambitieuse. Cependant, il est impératif de souligner que cette dynamique ne devrait pas être perçue comme inhérente à la nature féminine, mais plutôt comme le résultat de pressions sociétales plus larges.

La société a tendance à imposer des normes parfois restrictives, évaluant la femme à l’aune de rôles traditionnels, compromettant ainsi ses ambitions professionnelles. La femme ambitieuse se voit parfois contrainte de jongler avec des attentes contradictoires, confrontée à la difficulté de satisfaire les normes sociales tout en poursuivant ses aspirations. L’idée que l’ambition a un coût pour les femmes, notamment en ce qui concerne la perception des autres, est souvent étroitement liée à la dynamique complexe des egos en jeu. La guerre des egos, particulièrement prégnante dans le contexte professionnel, peut intensifier les pressions et les jugements auxquels les femmes ambitieuses sont confrontées. Lorsqu’une femme affiche une ambition remarquable, elle peut involontairement déclencher des réactions défensives, souvent alimentées par des egos fragiles ou menacés.

Les perceptions négatives peuvent découler de la crainte de la concurrence, de l’insécurité, d’un manque de confiance, d’une peur et/ou de la remise en question des normes établies. Il est important de reconnaître que la guerre des egos peut être exacerbée par des stéréotypes de genre persistants. De nombreuses femmes ambitieuses réussissent à surmonter ces défis, inspirant des changements positifs et remodelant les perceptions autour de la réussite féminine.

Le Think Tank « Women and Ambition » interroge régulièrement les femmes sur la question et, à chaque fois, elles légitiment davantage l’ambition chez les hommes comparativement à leurs paires… Cette dépréciation – quand il s’agit d’une homologue –, vient donc de ces causes profondes ?

Effectivement, cette dépréciation lorsqu’il s’agit d’une collègue soulève des causes profondes. Elle peut découler d’une vision encore ancrée dans des stéréotypes de genre persistants, où l’ambition féminine peut être mal perçue ou mal interprétée. Il est primordial de reconnaître ces biais inconscients et de promouvoir un changement de mentalité, encourageant les femmes à embrasser leurs ambitions sans crainte ni jugement, et à créer un environnement où chacun est évalué sur la base de ses compétences et de son potentiel, indépendamment de son genre. Il est fréquent que les femmes aient une estime de soi à renforcer (ou à réparer), ce qui peut les désavantager en matière de confiance en soi, élément indispensable pour s’affirmer dans un projet et, par extension, dans leurs ambitions.

Donia Abidat : « Grâce aux avancées des neurosciences comportementales et de la nouvelle psychométrie systémique, nous sommes désormais en capacité de mesurer et d’analyser les 23 traits de personnalité qui composent toutes les formes de leadership, dont l’ambition fait partie intégrante. «

La véritable question semble résider dans la nécessité d’adopter une approche objective en matière de soft skills et de construction de la personnalité. L’idéal serait que les femmes puissent bénéficier d’un accompagnement visant à développer un leadership harmonieux avec leur essence et leur nature, plutôt que de se mesurer constamment à un modèle masculin et de se comparer à son homologue. Grâce aux avancées des neurosciences comportementales et de la nouvelle psychométrie systémique, nous sommes désormais en capacité de mesurer et d’analyser les 23 traits de personnalité qui composent toutes les formes de leadership, dont l’ambition fait partie intégrante. Ces outils permettent d’accompagner ces femmes dans la révélation de ce qu’elles sont réellement et donc prendre sa juste place pour affirmer son ambition.

Est-ce culturel à l’instar du tabou de l’argent en France vs l’approche décomplexée que peuvent avoir les Américains ?

Il est indéniable qu’Américains et Français incarnent deux cultures distinctes en matière de reconnaissance sociale. Aux États-Unis, la valorisation sociale d’un individu repose davantage sur son niveau de revenu que sur le regard des autres. En revanche, la culture latine en France se caractérise par des valeurs ancrées dans l’humilité et la légitimité, se détournant ainsi d’une approche narcissique. La problématique de la reconnaissance économique en France se heurte donc à la nécessité de démontrer une légitimité et la capacité à concrétiser ses promesses. Il est probable que l’ambition, dans sa forme respectueuse de l’autre, soit freinée à la fois pour des raisons culturelles et en raison de la vraie question de l’estime de soi.

Comment encourager les femmes dans l’expression de leurs ambitions ?

Il est indéniable que les femmes d’aujourd’hui ont la capacité d’assumer plusieurs rôles simultanément, que ce soit en tant que femme d’affaires, mère, épouse, et bien plus encore. Cette polyvalence démontre la diversité et la force des femmes dans la société contemporaine. Toutefois, la question de savoir si elles doivent se libérer de la quête de tout obtenir en même temps nécessite une réflexion approfondie. Une femme peut aspirer à être une femme d’affaires accomplie tout en assumant avec succès son rôle de mère et d’épouse. Cependant, il est crucial de reconnaître que cette quête exige souvent un investissement en termes d’efforts et de démonstration constante de légitimité et de compétences solides et j’ajouterai de force mentale.

Tout obtenir en même temps dépend étroitement de ses ambitions, de ses objectifs personnels et de ses projets professionnels. La réalité est que cette quête du « tout » peut parfois être synonyme de dispersion des énergies, et l’atteinte de chaque objectif peut nécessiter des compromis et des sacrifices. Il est essentiel pour une femme de définir clairement ce que représente le « tout » pour elle, en tenant compte de ses propres valeurs, priorités et aspirations. Je m’interroge sur la définition du « tout » dans le contexte de la vie d’une femme. Est-ce que cela signifie une réussite équilibrée dans tous les domaines, ou est-ce que cela englobe une réalisation exceptionnelle dans un domaine spécifique ?

La clé réside peut-être dans une réflexion personnelle approfondie pour déterminer ce qui est réellement significatif et gratifiant pour chaque femme, plutôt que de se conformer à une notion préétablie de « tout obtenir en même temps ».

Article sur forbes, par Sabah Kaddouri, Chef de rubrique Luxe / Lifestyle Web & Print – Rubriques Business, Entrepreneurs, Tech, Luxe, Lifestyle, Femme@Forbes

Nous contacter…

Partager cette publication